El Retamar
El Retamar

Dans les environs de Colmenar Viejo, au nord de Madrid, Manuel Hurtado élève depuis le début des années 1980 sous le fer de « El Retamar » des Núñez dans la ligne Rincón. Les origines sont on ne peut plus pures puisqu’elles proviennent de la maison mère. Amoureux du toro de Núñez, Manuel va se concentrer à préserver leurs caractéristiques originelles.
Son toro harmonieux attire aficionados et toreros. Cependant, la ganadería reste dans des arènes dites mineures avec des novilladas piquées et non piquées. Si le ganadero ne connaît aucun problème de ventes, ses lots étant souvent réservés à l’avance, on regrettera un manque de race qui empêche la devise de se développer.

Ancienneté : -
Devise : Vert et Blanc
Signal : Horquilla à l'oreille droite
Propriétaire : Peñas Tejoneras S.L.
Gérant : Manuel Hurtano
Fincas : “Los Cierros”  Becerril De La Sierra"El Navazo"  Colmenar Viejo“Tejoneras" - "El Valejo" - "Los Hoyos”  Manzanares El Real
   Agrupacíon Española de Ganaderos de Reses Bravos





Crédits photographiques : Terre de Toros  

 

Manuel Hurtado n’est pas un novice. Homme d’expérience, il a l’habitude du mundillo dont il fait partie intégrante. Mais ne vous y trompez pas, Manuel ne se plie pas au système ; il fait son système. Un caractère fort, des idées claires et la langue dure. Manuel a acquis la reconnaissance en tant que ganadero et allie à cette profession celle d’apoderado ayant officié entre autres pour Morenito de Aranda, El Sombrerero ou Pedro Carrero.
Membre fondateur de l’Agrupación Española de Ganaderos de Reses Bravas (A.E.G.R.B.), il y inscrit en 1983 son premier fer, celui du Retamar. Côté bétail, il choisit le toro qui le passionne, celui qui allie caste et noblesse : le Núñez. Pour constituer son troupeau il s’adresse directement à la maison mère. Il profite alors de la dissolution d’un des fers de la casa Núñez, celui des « Hermanos Núñez », pour acheter 60 vieilles vaches et 4 étalons. Mais, si chez Carlos Núñez cohabitent deux lignes, Rincón et Villamarta, Manuel Hurtado va se consacrer à la seule ligne Rincón.
L’année suivante, il récidive et crée un second élevage. Mais cette fois il n’est pas seul et sa nouvelle devise est inscrite à la Unión (U.C.T.L.), le premier groupe. Avec ses deux associés, Modesto Bargueño et Luis Arquillos, ils achètent le vieux fer de Felipe Salas qu’ils nomment « El Alamo » et y placent 70 vaches et 2 étalons venus de la ligne Rincón de Carlos Núñez. Les deux élevages implantés dans les alentours de Colmenar Viejo, au nord de Madrid, eurent évidemment des liens d’affinités très particuliers.
Presque dix ans plus tard, en 1993, il délaissera ce second fer, qui avait entretemps été séparé en deux, pour se concentrer sur son fer du Retamar.

 


L’origine de l’élevage de « El Retamar » est relativement simple : Carlos Núñez.
Ceci dit, cette origine n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Tout d’abord, à l’intérieur de cette même caste, il y a deux lignes : Rincón et Villamarta. Pour simplifier, le Rincón est un toro ramassé, trapu, noble et encasté mais qui pâtit de temps à autre d’une douceur excessive. Le Villamarta, quant à lui, est plus haut, plus fin et plus armé, avec un tempérament plus agressif et parfois très difficile. Manuel Hurtado, lorsqu'il fonda son élevage du Retamar, choisit la ligne Rincón. Seulement la ligne Rincón, rompant avec la tradition de cette race qui est de mêler savamment ces deux lignes complémentaires.
Profitons de l’occasion pour rappeler les origines de la ligne Rincón. Le point de départ est Manuel Rincón, qui, en 1908, avec un lot de l’élevage de Fernando Parladé rencontre la réussite. Si ses toros sont encensés pour leur bravoure et leur noblesse, on les déprécie déjà pour leur modeste carrure. Fortement amenuisé par la Guerre civile (1936-1939), le troupeau est ensuite repris par Carlos Núñez qui y ajoute du bétail de Ramón Mora Figueroa, un élevage d’origine Parladé via Tamarón et Pedrajas, soit deux branches fondamentales du Parladé. Le Tamarón est à l'origine des élevages du Conde de la Corte, Juan Pedro Domecq et Atanasio Fernández. Le Pedrajas, moins répandu, est la ligne d'où sortiront les fameux Maria Luisa de Guardiola ou bien encore les redoutables Tulio e Isaías Vázquez. C’est à partir de ce mélange que Carlos Núñez commença son alchimie. Il en résultera un toro modeste, certes, mais souvent encasté et très souvent noble. La noblesse étant la caractéristique principale du toro de don Carlos Núñez.
Manuel Hurtado, entama sa sélection du Retamar avec 60 vieilles vaches et 4 étalons de Carlos Núñez. Contrairement à certains de ses confrères, qui ont sorti leur Núñez du type originel en augmentant son tamaño et en perdant sa caste, Manuel Hurtado a su garder les caractéristiques propres des Núñez. Son toro est bas, ramassé, bien fait et souvent bien armé. Les robes sont variées, allant des classiques noirs, castaños ou colorados aux plus rares cárdenos, girón, salpicados et melocotón.

 

Copyright @ 1999-2019        www.terredetoros.com        contact : thuries@terredetoros.com