Alberto Mateos Arroyo
Alberto Mateos Arroyo

Alberto Mateos, bien qu’inscrit à la prestigieuse UCTL, est un ganadero méconnu. Et il se pourrait bien qu’il le reste. Non que sa ganaderia ne mérite pas d’être connue, mais elle défend des principes d’un autre temps. Tout d’abord, pour arriver à "Izcalina de Abajo", il faut supporter de nombreux kilomètres de piste sans la moindre indication, on est ici bien loin des autoroutes d’asphalte arrivant dans les haciendas andalouses. Puis, à peine foulée la terre promise, on vous explique non sans fierté qu’ici personne ne touche les toros, si bien qu’on pourrait croire qu’il n’en est pas cas ailleurs… Et pour couronner le tout, le sang Baltasar Iban, déjà peu prisé du mundillo, est conservé parfaitement en type, avec un penchant plus prononcé pour le Contreras que pour le Domecq. Avec ces quelques explications, vous comprenez aisément pour quelle raison on parle peu de Alberto Mateos Arroyo. Mais comme la tauromachie est tout un paradoxe, ce qui fait fuir les uns attire les autres, et toutes ces caractéristiques qui respirent bon la tradition sont autant d’arguments pour apprécier cette petite ganaderia, qui, au final, n’est pas si petite qu’on peut le croire.

Ancienneté : 12 Juillet 1953
Devise : Blanc et Noir
Signal : Hendido à chaque oreille
Propriétaire : Alberto Mateos Arroyo
Gérant : Alberto Mateos Arroyo
Fincas : "Izcalina de Abajo"  Valdelosa
   Unión de Criadores de Toros de Lidia





Crédits photographiques : Terre de Toros  

 

Alberto Mateos Arroyo dirige son élevage de bravos depuis 1989. D’abord inscrit à l’« Asociacion des ganaderias de lidia » où il mène sous une devise bleue et blanche du sang Contreras mêlé de Domecq de provenance Baltasar Iban, il s’offre un beau coup publicitaire en 1993 en achetant l’élevage des « Frias Hermanos », entrant ainsi à l’UCTL. Suivent dans l’opération le bétail d’origine Gamero Civico, l’ancienneté de la famille Frias : 12 Juillet 1953, et une belle part d’histoire, les Frias étant ganaderos depuis quatre générations. Histoire :


L’instigateur de la destinée familiale est Jeronimo Frias qui achète en 1914 l’élevage de José de Lamo et devient le premier ganadero de la famille. Le fer rappelle l’initiale de la famille, il est accompagné d’une devise noire et blanche et la finca est basée à Villamanrique dans la province de Ciudad Real. Quant au bétail, il est d’origine Jijon métissée de quelques gênes Murubeños provenant du Marquis de Cúllar de Baza.
Jeronimo se cherche et tente plusieurs essais pour améliorer son cheptel. Le premier est l’incorporation de vaches de Veragua (1922) puis suit l’introduction de l’étalon « Canastillo » de Luis Melgarejo Tordesillas (1928), subtil mélange des caste Jijon, Navarre, Veragua et Vistahermosa !
Au décès de Jeronimo, c’est son fils José Tomas qui prend la direction de la devise. L’élevage prend alors une toute autre direction, José Tomas centre les origines sur le sang Parladé branche Gamero Civico. Il introduit tout d’abord en 1941 l’étalon « Cigarron » de Samuel Flores puis récidive deux ans plus tard en incorporant un lot de cinquante vaches et l’étalon « Tetuano » de Domingo Ortega. Ses choix s’avèrent payant et dès la fin des années quarante la devise rencontre quelques succès. Suit naturellement la présentation à Madrid (1953), puis l’année suivante (1er Août 1954) vient la consécration avec la vuelta al ruedo à Las Ventas du novillo « Andaluz ».
En 1957, tandis que José Tomas poursuit son aventure, son frère Luis Frias Poqueras crée sa propre ganaderia avec une partie du bétail.


A partir du décès de José Tomas (1977), ce sont ses fils qui conduisent la vacada. Plutôt que de gérer ensemble l’héritage familial, ils vont opter pour une personnalisation du patrimoine. C’est tout d’abord Eugenio qui s’évade en 1979, puis en 1993 Ramon garde la part historique, le fameux article 6 bis permettant la création d’un nouveau fer pour José Victor Frias, nommé « La Rinconada » .


Pour en revenir à notre sujet, à savoir Alberto Mateos Arroyo, c’est la part historique et donc celle de Ramon qu’il acquiert en 1998. Laissant la famille Frias orpheline de son fer ancestral, mais lui laissant non moins que 3 fers. Alberto Mateos tentera de maintenir les deux encastes séparément, mais en 2005 il jette l’éponge et ne conserve que la ligne Baltasar Iban, qui, du même coup, détient deux fers et deux devises.

 


Alberto Mateos a choisi en 1989 de débuter sa carrière de ganadero avec le sang Baltasar Iban. Il y a alors seulement cinq ans que les héritiers de don Baltasar utilisent des étalons d’origine Domecq pour améliorer la présentation de leurs toros. A cette date, le mélange qui donne l’actuel Baltasar Iban n’est pas encore complètement fixé, l’amalgame des deux sangs, Contreras et Domecq, restant inachevé.


Aux prémices de son élevage, Alberto Mateos hérite en somme d’un génome mêlé et désordonné qui donne tantôt des toros d’apparence Domecq et inversement avec l’influence Contreras. Ce mélange est non sans rappeler la devise du Conde de Santa Coloma, qui, en assemblant les Ibarras aux Saltillos, donna sa fameuse race qui présentait de fortes inégalités, parfois très Saltillo ou au contraire quelquefois très Ibarra. Les branches dérivant de sa vacada s’orientant chacune sur l’une ou l’autre des origines. De la même façon, Alberto Mateos en débutant avec un bétail de sang hétérogène put façonner le toro de son choix et à parcourir son cheptel, il semblerait avoir été partisan de la caste Contreras. De nombreux toros rappelant fidèlement les anciens Iban, mais d’autres, certes moins nombreux ravivent la présence Domecq. En somme, un bétail fortement hétérogène, oscillant du Contreras au Domecq avec un gradient extrêmement faible et sans qu’un type issu de la fusion des deux castes ne s’impose.

 
 

Copyright @ 1999-2019        www.terredetoros.com        contact : thuries@terredetoros.com