Dias Coutinho
Dias Coutinho

Sur la Herdade do Pico, à Granja, João Falcato Dias Coutinho poursuit l’oeuvre initiée en 1964 par son grand-père Luis Dias Coutinho et élève des toros d’origine Parladé. Il s'agit d’un "vieux" Parladé puisque depuis les années 1960, aucun autre apport n’a été effectué dans cet élevage à part et qui se trouve aujourd’hui loin des circuits taurins. Pourtant, João Dias Coutinho a bien l’intention de redorer le blason de ce trésor parladeño et travaille depuis des années à une sélection exigeante.

Ancienneté : -
Devise : Rouje, or et noir
Signal :
Propriétaire : João Falcato Dias Coutinho
Gérant : João Falcato Dias Coutinho
Fincas : “Herdade do Pico”  Granja
   Associação Portuguesa de Criadores de Toiros de Lide





Crédits photographiques : Terre de Toros  

 

La ganadería de Dias Coutinho est née en 1964. La famille est tombée dans le bain de l'élevage un peu par hasard en vérité. Au début des années 1960, Luis Dias Coutinho décida d'acheter des vaches braves pour que son fils, João d'Almeida Dias Coutinho, puisse s'entraîner en tant que rejoneador amateur. Il semble qu'il était fréquent à l'époque que les fils de "bonnes familles" propriétaires de terres épousent la passion du rejoneo en total amateurisme. Ce fut le cas du jeune João pour qui son père contacta le Marquês de Rio Maior qui lui vendit en 1964 les vaches tientées et approuvées cette année-là. Se tourner vers la maison de Rio Maior n'était pas le fruit du hasard. Ainsi, la seconde épouse de Luis Dias Coutinho, Maria Teresa de Todos-os-Santos de Almeida Correia de Sá, était la nièce par sa mère du deuxième Marquês de Rio Maior, João de Saldanha Oliveira e Sousa (1878 - 1970) et donc la cousine du fils de ce dernier qui allait devenir troisième marquis en 1971. Bref, par sa femme, Luis Dias Coutinho s'adressait à la famille pour trouver les bêtes qui permettraient à son fils d'entraîner leurs chevaux qui était sa vraie passion à lui.

Depuis les années 1950, les toros de Rio Maior étaient un mélange de Soler et de Pinto Barreiros, c'est-à-dire un amalgame extrêmement parladeño par Gamero Cívico ou par le Conde de la Corte (surtout chez Soler). Constatant la qualité du bétail fourni par Rio Maior, la famille Dias Coutinho décida d'agrandir le troupeau et acheta une pointe de vaches supplémentaires chez Manuel César Rodrigues (Durão donc très Parladé) alors que José Samuel Lupi, cavalier reconnu dans l'art du toreo à cheval portugais, lui prêta un reproducteur de l’élevage familial de Rio Frio. Le Lupi était du Soler / Pinto Barreiros comme il était possible de s'y attendre.

L'actuel éleveur, João Falcato Dias Coutinho, fils de João d'Almeida Dias Coutinho qui succéda à son propre père (1983), explique qu'aucun autre apport n'est entré depuis dans la ganadería. Si cela est vrai, le toro de Dias Coutinho représente une version presque « primitive » du Parladé. Si l'élevage a connu une période de grande discrétion ces dernières années, il semble que João Falcato Dias Coutinho ait l'intention de reprendre en main un fer dont les pâtures se trouvent dans la très ganadera Granja, sur la herdade do Pico, à un jet de pierres des terres de São Martinho, Murteira Grave ou Parladé. Le fer de Dias Coutinho a lidié son premier lot de toros en 1972 à Montijo mais a été habitué aussi à passer la frontière pour faire courir une partie de ses camadas en Espagne, soit en corrida à cheval soit aussi à pied. João Falcato Dias Coutinho aime les toros de cinq ans, la caste et le piquant et son discours est devenu à ce point rare dans le milieu qu'il nous prend l'envie d'y croire et de suivre de près cet élevage à part.

crédit photographique : famille Dias Coutinho

 


La ganadería de João Dias Coutinho trouve une grande partie de ses origines dans celle du Marquês de Rio Maior à propos de laquelle de nombreux historiens de la tauromachie au Portugal considèrent qu'il s'agit d'un des plus vieux élevages du pays puisque l'on trouve mention de son existence en 1645. Il semble que la maison Rio Maior vendait du bétail pour les courses royales ou aristocratiques. Le bétail est resté entre les mains des Rio Maior jusqu'en 1983 ce qui représente une longévité extraordinaire dans ce milieu. Longtemps détenteurs d'animaux de "Casta portuguesa", les Rio Maior ont totalement changé le sang de leur élevage en 1950 en décidant de se convertir au Parladé via des vaches achetées à Claudio Moura donc d'origine Soler (la vieille origine Jijón était absorbée par le Parladé introduit durant des années) et à Pinto Barreiros qui fournissait aussi le semental. L'opération fut renforcée quelques temps plus tard par l'introduction d'un reproducteur loué à António Silva (Pinto Barreiros).

C'est donc de ces fondations parladeñas qu'hérite Luis Coutinho en 1964 quand il décida d'acquérir des vaches pour que son fils de 14 ans, João d'Almeida Dias Coutinho, puisse s'entraîner à devenir un rejoneador amateur. Convaincu de la qualité du bétail, Luis Dias Coutinho sauta le pas et prit la décision de construire une ganadería qu'accueilleraient les terres de la Herdade da Serra d’Ayres, la finca historique de la famille. Pour agrandir le cheptel, le nouveau ganadero acheta une pointe de vaches supplémentaires chez Manuel César Rodrigues alors que José Samuel Lupi, cavalier reconnu dans l'art du toreo à cheval portugais, lui prêta un reproducteur. Les deux étaient dominées par des origines Parladé. Manuel César Rodrigues a fondé son élevage en 1945 avec 25 vaches d'origine Soler et un semental de Durão de ligne Gamero Cívico. Le tout était donc très Parladé puisque le successeur de la veuve de Soler, Claudio Moura, n'avait eu de cesse d'introduire des reproducteurs de La Corte et même de Guardiola de ligne Gamero Cívico à partir des années 1950.
De son côté, l'élevage de la famille Lupi est né à la fin du XIX° siècle. Dans le premier quart du XX° siècle, António Maria Dos Santos Jorge élevait du bétail de "Casta portuguesa". La herdade, située à Alcochete, se nommait Rio Frio. En 1923, l'élevage passe entre les mains de son fils, Samuel Lupi Dos Santos Jorge, qui aurait acheté en 1925 des mâles aux héritiers de Luis Gamero Cívico (décédé en 1921). D'autres sources font état d'acquisitions, après 1925, auprès de Pinto Barreiros. Décédé en janvier 1964, c'est son fils José Samuel Pereira Lupi qui reprend le fer en main ; fer qui se fait appeler Rio Frio. C’est lui qui prête un semental à son ami Luis Dias Coutinho (pour la petite histoire, la société Rio Frio de la famille Lupi achètera à Emilio Ortuño 'Jumillano' l'élevage qu'il avait acquis en 1956, en association avec Atanasio Fernández, au marquis de Deleitosa. Cette ganadería était la survivance d'un morceau de la partition de celle des héritiers de Lamamié de Clairac ; pour être précis, il s'agissait de la part vendue par Leopoldo Lamamié de Clairac y Blanco. Le Lamamié de Clairac était du pur Gamero Cívico. Le Lupi de 1964 était du Gamero Cívico / Pinto Barreiros et se nommait Rio Frio alors que celui de la fin des années 1960 (après l'achat à Jumillano) accentuait la domination Parladé puisque le marquis de Deleitosa avait croisé son Lamamié avec des bêtes achetées à Juan Cobaleda de sang La Corte en 1951 et il donnera naissance au second fer de Lupi qui en changera le sang après 1974 par du Murube). Résumons : Luis Dias Coutinho, puis à partir de 1983 son fils João d'Almeida Dias Coutinho, ont fondé une ganadería totalement dominée par les origines Parladé, qu'il s'agisse de la ligne Tamarón et plus encore de celle de Gamero Cívico.

L'actuel éleveur, João Falcato Dias Coutinho, fils de João d'Almeida Dias Coutinho qui succéda à son propre père (1983), explique qu'aucun autre apport n'est entré depuis dans la ganadería. Si cela est vrai, le toro de Dias Coutinho représente une version presque « primitive » du Parladé. Si l'élevage a connu une période de grande discrétion ces dernières années, il semble que João Falcato Dias Coutinho ait l'intention de reprendre en main ce fer et c'est tout le mal que nous souhaitons à l'afición.

crédit photographique : famille Dias Coutinho

 
 

Copyright @ 1999-2022        www.terredetoros.com        contact : thuries@terredetoros.com