Victoriano del Rio Cortés
Victoriano del Rio Cortés

Depuis 1985, Victoriano del Río élève dans la Sierra du nord de Madrid du bétail d'origine Juan Pedro Domecq de diverses provenances : Jandilla, Luis Algarra, El Torreón et Salvador Domecq.

Victoriano, grand entrepreneur Madrilène, est un homme intelligent ; il cerne parfaitement les besoins des figuras et définit son toro idéal ainsi : "Ce que je veux, c'est que mes toros embistent, qu'ils soient braves, qu'ils se précipitent contre les picadors ou contre les burladeros, mais surtout qu'ils cherchent à attraper la muleta, pas le torero". Son grand mérite va être de savoir faire passer ce message de la théorie à la pratique. Les succès vont crescendo dans les années 1990 pour exploser dans les années 2000 au point de devenir un des meilleurs élevages actuels. Fruit du succès, l’élevage fut dédoublé en 1997, avec la création du fer de « Toros de Cortés ». Petite pointe d’originalité ici l’introduction de 50 vaches de Los Bayones, origine Lisardo Sánchez, menées séparément puis finalement éliminées, faisant des deux fers un seul et même troupeau.
Les toros de Victoriano sont toutefois irréguliers et si parfois ils sont des toritos sucrés, il n'est pas rare de voir sous cette devise des toracos, braves et encastés. A ce côté aigre-doux s’ajoutent des pratiques douteuses quant à la présentation. Reconnu coupable d’afeitado par l'U.V.T.F. en 2001, l'avertissement fut doublé deux ans plus tard, à Castellón, où sa corrida fait scandale ; un de ses toros sortant même avec une corne en sang.

Ancienneté : 12 Juillet 1942
Devise : Noir et Jaune
Signal : Muesca à chaque oreille
Propriétaire : Medianillos Ganadera S.L.
Gérant : Victoriano del Rio Cortés
Fincas : "El Palomar" - "Cacunanes"  Guadalix de la Sierra"Monte San Martin"  Mayorga
   Unión de Criadores de Toros de Lidia



L'origine de l'élevage de Don Victoriano del Río remonte à un peu plus d'une cinquantaine d'années. Son fondateur, le torero sévillan José Luis Vázquez Garcés, avait créé sa ganadería en achetant la part de Manuel Guardiola Soto, dont celui-ci venait d'hériter. Le père de Manuel, Juan Guardiola Fantoni, poursuivait depuis 1941 les travaux des héritiers de Luis Gamero Cívico, filiation directe de l'élevage de Fernando Parladé. En 1948, l'héritage fut partagé entre ses cinq fils, Manuel, José Luis, Armando, Alvaro et Juan, ce dernier conservant le fer, mais tous conservèrent l'ancienneté de leur père.

Pepe Luis Vázquez débuta donc son aventure de ganadero avec des bêtes de Guardiola Soto, pur Parladé, qu'il marqua du fer de Guardiola Fantoni encerclé. Très vite, il entreprit des croisements avec d'autres élevages de sang Parladé, du bétail Buendía et même un étalon de Carlos Urquijo. La devise connut un de ses jours les plus sombres en 1958 à Barcelone où le novillo ‘Dominante’ tua le novillero Rafael Martín "El Zorro". Les fils de Pepe Luis, les frères Vázquez Silva, succèderont à leur père en 1973. Ils maintiendront l'élevage une dizaine d'années avant de vendre à Doña Leandra Díaz Martínez en 1982.
Leandra choisira l'appellation de "El Retamar" pour faire combattre ses toros mais ne verra jamais le fruit de sa sélection puisque le nouveau propriétaire, Don Victoriano del Río, envoya la totalité du bétail à l’abattoir dès son arrivée à la tête de la vacada en 1985.

Victoriano del Río vient d’une famille de tradition ganadera, son arrière-arrière-grand-père étant déjà éleveur de bravo. Il reforme immédiatement son élevage avec du bétail d'origine Domecq acquis auprès de la maison mère, Jandilla et de Luis Algarra. Par la suite, il ajoute des vaches et des étalons de El Torreón, toujours d'origine Juan Pedro Domecq. Sa sélection est axée sur le torero et il ne s’en cache pas avec son slogan « el toro para el torero ». Les succès ne tarderont pas avec notamment le torero colombien César Rincón comme révélateur. Dès 1997 il dédouble son élevage en créant le fer de "Toros de Cortés", dirigé par son fils Ricardo del Río González. Le troupeau est enrichi en 2002 d’un lot de El Torero acquis par tirage au sort lors du partage en huit de l’élevage de Salvador Domecq. Avec 400 vaches de ventre, la devise est une de celles qui comptent dans le marché taurin ,faisant lidier un grand nombre de toros en arènes de première catégorie.

 


Si l'on regarde le tableau généalogique ci-joint, on peut penser que les origines de l'élevage de Victoriano del Río sont complexes. Pourtant, elles se résument en un mot, ou plutôt un nom, Juan Pedro Domecq. Les complications viennent simplement du panachage entrepris par l'homme d'affaire madrilène.

Tout débute en 1985, lorsque Victoriano construit son élevage avec du bétail de Juan Pedro Domecq, Luis Algarra (dont l'étalon ‘Aldeano’) et Jandilla (70 vaches et 3 étalons dont ‘Hurtador’). Jusqu'ici rien de bien complexe, puisque les élevages de Luis Algarra et de Jandilla découlent directement de Juan Pedro Domecq, respectivement en 1975 et 1978.
Tout se complique au cours des années 1990 où il introduit du bétail (vaches et étalons) de l'élevage de Felipe Lafita, "El Torreón". Ce dernier est doté d'une origine Juan Pedro Domecq largement majoritaire mais il convient d'apporter quelques petites nuances. Formée en 1977 avec la même souche que l'élevage de Victoriano del Río (mélange Jandilla, Juan Pedro Domecq, Luis Algarra), la ganadería compte aussi du bétail de Torrestrella qui vient ici pimenter le tout. Avec les bêtes de Don Alvaro Domecq arrivent quelques réminiscences de la caste Vázquez par Curro Chica mais surtout le sang Nuñez, nettement plus significatif. Mais, à n'en pas douter, les quelques bêtes du Torreón choisies pour augmenter le cheptel de Victoriano del Río sont issues de lignées pures Juan Pedro Domecq. Inhibant ainsi l'influence du bétail d'origine Torrestrella et par la même, la complexité généalogique qui s’y rattache. Enfin, l'apport en 2002 de bétail de Salvador Domecq de la devise de "El Torero" ne complique en rien les origines, puisqu’il s'agit là d'une branche de l'élevage de Juan Pedro Domecq. Indépendante depuis 1956, elle est venue effectuer un rafraîchissement de sang et apporter plus de mobilité.


Elevages d'origine Victoriano del Rio Cortés :


Elevages disposant de bêtes d'origine Victoriano del Rio Cortés :

 
 

Copyright @ 1999-2022        www.terredetoros.com        contact : thuries@terredetoros.com