Valdefresno
Valdefresno

En 1992, les frères Fraile Martin dédoublent l’élevage du Puerto de San Lorenzo, Nicolás crée alors la devise de Valdefresno. Les origines sont identiques et les deux frères mènent leur sélection en étroite collaboration. Désormais, ce sont ses fils, José Enrique et Nicolás Fraile Mazas qui dirigent l’élevage aux deux fers, puisqu’en 1996 un fer au nom des Fraile Mazas fut créé. Peu après le décès de leur père, ils divisent la ganaderia en 2 lots d'un peu plus d'une centaine de vaches chacun. Nicolás garde le fer historique de Valdefresno, tandis que José Enrique conserve la finca de « Valdefresno » et nomme son fer : Fraile de Valdefresno.
On retrouve ici la base Lisardo Sánchez, pimentée par des apports de bétail Atanasio Fernández qui fit la renommée de la famille. Un toro fort, armé, noble, qui possède tous les atouts pour entrer dans les ferias importantes. Prisée par les figuras, mais aussi estimée par les aficionados, la devise est de celles qui jouissent d’un certain équilibre et préservent la diversité des encastes.

Ancienneté : 16 Mai 1994
Devise : Carmen et Jaune
Signal : Ahigarada à gauche et Muesca à droite
Propriétaire : Ganadería Valdefresno, S.L.
Gérant : Nicolás Fraile Mazas
Fincas : "Tellosancho"  Tabera de Abajo
   Unión de Criadores de Toros de Lidia





Crédits photographiques : Terre de Toros  

 

Dans le Campo Charro la famille Fraile est une institution. Le pionnier fut Juan Antonio Fraile, originaire du village de Mozárbez à quelques kilomètres au sud de Salamanque, mais c’est son fils Juan Luis Fraile Martín qui va donner de l’aura à l’élevage familial. Marié à Maria Cascón, les deux époux s’installent à Tamames et nomment leur élevage « Puerto de San Lorenzo ». Ils laisseront rapidement la main à leurs fils, Juan Luis, Lorenzo, Nicolás et Moisés Fraile. Tous vont devenir d’excellents éleveurs de toros bravos et faire de leur prénom un signe distinctif. Ils mèneront ensemble durant une trentaine d’années l’élevage avant de se séparer dans les années 1990. Leur division donnera pas moins de six élevages créés en moins de dix ans.

En 1992, Nicolás Fraile Martín donne naissance à l'élevage de Valdefresno en amenant avec lui sa part du bétail familial. Il s’installe à Tabera de Abajo dans plusieurs fincas typiques du Campo Charro arborées des fameuses encinas. Il se présente presqu’aussitôt à Madrid et acquiert l’ancienneté de son nouveau fer le 16 mai 1994. Puis, dans la foulée, en 1996, Nicolás dédouble sa ganadería pour créer la devise des "Hermanos Fraile Mazas". Les deux fers ne constituent qu’un seul et même élevage, l’objectif de l’opération est ailleurs, laisser pour chacun de ses fils José Enrique et Nicolás Fraile Mazas un héritage. Nicolás eut un troisième fils, Juan Luis Fraile Mazas qui fut novillero mais décéda tragiquement dans un accident de la route en 1993.
Nicolás est un éleveur à l’ancienne, il maintient les traditions et les pensées de ses aïeux, parmi lesquelles une intransigeance sans faille. Une force de caractère qui lui fermera bien des portes mais qui lui vaudra le respect de tous. Très vite, Valdefresno se fait une place sur le marché taurin et fait de Madrid son arène de prédilection. L’afición locale goûte le sérieux de la présentation des Valdefresno et la race des origines Lisardo Sánchez.
La nostalgie de Nicolás et son respect pour les anciens le poussèrent à récupérer une quarantaine de vaches de son illustre voisin Javier Pérez-Tabernero. Comme de nombreux autres élevages de la zone de Salamanque, le marché taurin qui n’avait plus de place pour eux, venait d’envoyer le reste du troupeau à l’abattoir. De pure souche Atanasio Fernández, ce lot constitue une seconde branche menée séparément sous les deux fers de la famille.

En 2014, Nicolás Fraile décède et laisse à ses deux fils les rênes de l’élevage. Nicolás et José Enrique poursuivent dans le même esprit que leur père et se démènent pour rester présents dans un marché taurin qui a chaque jour un peu moins de place pour les élevages qui ne font pas partie du mono-encaste dominant. En 2020 il est l’heure pour les deux frères de se séparer et de mener chacun son propre projet. L’élevage est alors partagé en deux lots de 130 vaches. Nicolás conserve le fer historique de Valdefresno et s’établit a « Tellosancho », tandis que José Enrique reste sur la finca de « Valdefresno » avec le fer des Fraile Mazas qu’il renomme : Fraile de Valdefresno.

 


Comme son jumeau du "Puerto de San Lorenzo", il est difficile de classer l’élevage de "Valdefresno" dans une catégorie d’encaste. Pourtant, si on dissèque le sang, tout concorde et nous ramène à don Atanasio Fernández. Mais, en résumé, l’origine est une bien grosse approximation et revient à oublier les profondes mutations qu’ont subis, au fil des ans, les toros de l’actuelle devise.

En 1948, don Lisardo Sánchez y Sánchez est l’un des tous premiers éleveurs à acquérir du bétail de don Atanasio Fernández. Mais plutôt que de rester dans la droite ligne des produits de don Atanasio, Lisardo Sánchez va appliquer ses propres concepts de sélection. Il s’appuie sur deux étalons, ‘Cartujano’ et ‘Claverito’, qui vont le porter sur le devant de la scène. Quelques temps après, il fonde une seconde lignée d’origine Murube, par des achats successifs en 1955 et 1957 auprès de Fermín Bohórquez et d’Antonio Urquijo. Certains pensent que les deux rames d’origine Vistahermosa ont été mêlées, d’autres pensent au contraire qu’elles sont toujours restées indépendantes. Toujours est-il que Lisardo Sánchez obtient un type de toro très typé et distinct des classiques Atanasio, tant du point de vue morphologie que sur le plan caractériel. Plus bas, plus corpulent, plus armé, il développe une noblesse plus douce que son ancêtre. Malheureusement, il pâtit aussi de sérieux problèmes de force. La paternité de cette métamorphose est souvent attribuée à l’introduction de sang d’origine Murube, mais il se peut également que les différences soient tout simplement le fruit du temps.
Dès les années 1950, la devise obtient une grande renommée, triomphant entre autres à Salamanque, Barcelone, Séville et Bilbao. Réussite qui attirera plus tard de nombreux ganaderos du Campo Charro, au point de créer un sous-encaste des Atanasio Fernández, le bien nommé « Lisardo ». Au décès de don Lisardo, l’élevage passe sous la gouverne de ses enfants et neveux. Après quelques ventes, son neveu Lisardo Sánchez Rajal prend seul la direction de la vacada qui perd peu à peu de son lustre, souffrant principalement de problèmes de force. Endetté, Benjamín Vicente Gallego, plus connu sous l’apodo « El Rubio de Golperas », vient lui apporter son soutien financier à de nombreuses reprises.
L’une des plus grosses ventes ira aux mains des frères Fraile, qui, en 1976, récupèrent pas moins de la moitié de l’élevage de Lisardo Sánchez. Ils fondent là l’origine de leur fer du Puerto de San Lorenzo tout en injectant du sang pur Atanasio Fernández pour corriger les problèmes de force. Ils introduiront, tout d’abord en 1982, 30 vaches de Arturo Gallego, puis 50 añojas, 50 becerras et 25 vaches de ventre de la maison mère entre 1987 et 1988. Les frères Fraile, à partir de ce mélange Atanasio Fernández, ont créé un toro fort, très armé, doté d’une importante noblesse. Leurs toros, par leur type bien particulier, ont marqué les trente dernières années.

En 1992, lorsque Nicolás Fraile prend son indépendance, il amène avec lui la moitié de l'élevage familial, soit du sang pur "Puerto de San Lorenzo". Il préserve son bétail, fidèle à l’encaste Lisardo Sánchez sans autre incorporation de sang ; seule sa sélection influant sur la morphologie de ses toros, qui, ces dernières années, adoptent un type plus ramassé, plus bas et aux cornes moins larges.
Depuis 2008 cohabite avec les Lisardo une seconde ligne de pure souche Atanasio Fernández, qui vient de leur voisin Javier Pérez-Tabernero. Cette année-là, cet élevage emblématique du Campo Charro disparaissait et Nicolás Fraile sauva de l’abattoir 40 vaches des 170 que comptait le troupeau. Le lot est mené en indépendance de la ligne traditionnelle et préserve la robe singulière du cárdeno carbonero typique de cette ligne Atanasio Fernández.


Elevages d'origine Valdefresno :

 
 

Copyright @ 1999-2022        www.terredetoros.com        contact : thuries@terredetoros.com